PRIX ET DISTINCTION

JURÉE DU PRIX DU LIVRE INTER SOUS LA PRÉSIDENCE DE JEAN CHRISTOPHE RUFIN JUIN 2015

 

Cette série est dédiée aux Exilés   VOIR L'ALBUM 

 

atelier agnes 470
 

se réfère aux ouvrages de Mokeddem" Les hommes qui marchent", Gaudé "L'Eldorado, Haydée Sabéran "Ceux qui passent", Enard "Zone" et le film de Jan Nemec " Les Diamants de la nuit"

Le pied : synecdoque de toutes ces ombres qui marchent jusqu’au bout de leur force hébétés, leur seul arme : leur pied . Ces foules hagardes de fatigue, usées par de trop longs voyages, meurtries par la peur et traumatisées par les épreuves, ont tout perdu. Gaudé fait dire à ’un de ses personnages  : « là où nous irons nous serons rien »; silhouettes qui n’ont ni nom ni histoire dont personne ne sait rien, ni ce qui les anime, ils marchent avec rage, avec cette volonté folle vers d’autres terres….un monde où la pauvreté, se pare encore de majesté car elle puise une espérance dans le mouvement.

Aujourd'hui notre monde compte des dizaines de millions de déplacés, toutes nationalités confondues. Les raisons nous les connaissons : la guerre, la famine, les dictatures, les massacres, les cataclysmes naturels.

Cette question douloureuse des réfugiés est un enjeu politique mais aussi moral " je suis homme et rien de ce qui est homme ne m'est étranger"  écrivait Terence

L'art peut  peut-être sauver de l’oubli ces naufragés   à jamais disparus dans la transparence bleutée de la Méditerranée et l’indifférence des hommes....sentiment de  honte et de chagrin face  à l'état du monde . L'art soigne le réel,  le répare et tente de redonner une vie à tous ces oubliés de l'histoire de la manière la plus digne et belle qui soit.

 atelier agnes 480

 

 atelier agnes 492

 

 

 

 

LES EXILES 001

 

LES EXILES 002

 

 

 

 LES immigres 001

 

Courbés sous un poids
parfois visible, parfois non,
ils peinent dans la boue ou dans la mer,
penchés, affamés,
 
des hommes silencieux aux cafetans épais (....)
Cela peut être la Bosnie, la Syrie aujourd'hui,
la Pologne en septembre 39 , la France huit mois plus tard, Thuringe en 45,Somalie ou Afghanistan, Egypte, Palestiniens ...
 
Et cette oblique, toujours, le corps penché
comme vers une planète autre, meilleure,
avec moins de canons, moins de neige, de vent,
moins d'Histoire (hélas, cette planète n'existe pas il n'y a que l'oblique).
 
Jambes lourdes
le pas très lent, très lent,
ils vont dans le pays nulle part,
dans la ville personne
sur la rivière jamais.
 
Poème magnifique de Adam ZAGAJEWSKI
atelier agnes 503
exiles dernière scénographie 021
exiles dernière scénographie 024
exiles dernière scénographie 027
exiles dernière scénographie 036
exiles dernière scénographie 031
atelier agnes 438